H I S T O I R E
L'ordre des Chartreux

A la fin du XIème siècle, Saint Bruno s’installe dans le massif de la Chartreuse en Dauphiné, avec 6 compagnons, et crée dans ce lieu aride et difficile d’accès la première communauté cartusienne.

Les moines gardent au cours des siècles comme idéal spirituel la volonté d’une coupure radicale avec le monde, qui se caractérise sur le plan géographique par l’établissement des chartreuses dans des « déserts », lieux isolés aux limites bien définies.

Sur le plan de l’organisation interne de l’ordre, bien que regroupés en communautés, la solitude des moines est assurée: ils vivent dans des cellules individuelles où ils prient, prennent les repas, étudient et travaillent.

La vie collective est réduite à quelques offices religieux, la célébration de la messe et un repas en commun le dimanche et les jours de fête.

Jusqu’à la fin du XIIIème siècle, l’ordre cartusien connaît une diffusion limitée, mais dès le début du XIVème siècle, on assiste à une grande expansion, avec en Suisse romande la création des chartreuses de La Valsainte, de La Part Dieu, de La Lance, du Val de la Paix et de Géronde.

Histoire du Domaine

La Lance fut fondée par Othon de Grandson en 1317 dans le val de la Lancy. Le ruisseau du même nom délimitait la frontière entre la seigneurie de Grandson et le comté de Neuchâtel. En même temps que la terre, les moines reçurent des droits d’usage dans le bois de Seyte, une scierie (la raisse), et des droits de pêche dans la Lancy et le lac de Neuchâtel, des droits de pâture à Concise, tout ceci leur permettant d’être probablement presque auto-suffisants.

On estime que, outre le prieur, la communauté connut des effectifs de 4 à 6 moines, et n’atteignit jamais les 13 membres habituels des chartreuses. Elle n’abrita probablement pas non plus de frères convers.

Au début du XVIème siècle, le dernier prieur Pierre de Dompierre rencontra de graves difficultés financières. La Réforme rendait le climat tendu, et lorsque Concise choisit de devenir protestante, les religieux furent expulsés en 1538 et la chartreuse vendue à Jacques Tribolet, châtelain de Berne et Fribourg, dont la famille garda la propriété plus de 200 ans.

La maison passa ensuite entre plusieurs mains, et fut acquise en 1794 par Jacques-Louis de Pourtalès, puis en 1927 par Hugues Jéquier.

Architecture du Domaine

Le petit cloître gothique est intact, de même que le portail de l’église. Si les bâtiments qui entourent le cloître ont changé d’affectation, leurs volumes remontent à l’origine de la chartreuse.

Jacques Tribolet a ajouté la tour, et ses descendants ont construit le pavillon bernois, puis au XIX ème, l’ancienne église a été partagée en deux dans le sens horizontal pour faire en bas un pressoir et en haut une bibliothèque. Aujourd'hui, le domaine de La Lance est un site qui fait partie de l'inventaire fédéral des sites construits d'importance nationale.

Bibliographie :
« Les Chartreux en Suisse » sous la direction de B. Andenmatten, Bâle, 2006 (Helvetia Sacra III/4).

« L’ancienne chartreuse de La Lance » B. Andenmatten et D. de Raemy dans la Revue historique vaudoise, 2000, p. 5-74 ; disponible à La Lance.